Dominique Mias-Lucquin

Doctorant en génétique à l’Institut de Génétique et de Développement de Rennes, il parle de la dystrophine. Sa semaine sur En Direct du Labo.

mias.png

Je suis Dominique MIAS-LUCQUIN, 26 ans et 11 mois.
Je suis actuellement thésard en troisième année à l’Institut de Génétique et de Développement de Rennes (IGDR) dans l’équipe du Pr Jean-Francois Hubert.

À l’origine, j’ai une formation de neurobiologiste (M2 Neuro-Bio à l’UJF, Grenoble) : j’ai brillamment été classé dernier de ma promo ^^ ! Mais mon encadrante de l’époque (que je ne saurais jamais assez remercier) a su voir le « geek inside », et m’a suggéré de reprendre un master de Bio-informatique. C’est comme cela que je suis arrivé à Rennes, où j’ai fait le master BIG (Bio-Informatique et Génomique).

J’ai ensuite décroché une thèse financée par l’AFM-Théléton qui porte sur la dystrophine, une protéine impliquée dans le bon fonctionnement du muscle. Le dysfonctionnement et l’absence de cette protéine sont à l’origine des myopathies de Becker et de Duchenne (respectivement).
En particulier, je m’intéresse aux interactions de cette protéine avec des partenaires du cytosquelette (actine et microtubules) qui sont nécessaires au bon fonctionnement du muscle.

Un des aspects qui m’a le plus attiré est la combinaison d’approches expérimentales (biochimie, microscopie électronique) et informatiques (modélisation et dynamiques moléculaires).

Au-delà de ma thèse, je suis très intéressé par la médiation scientifique, le bidouillage (Maker faire, Arduino et compagnie) et le machine learning.

Publicités