Caroline Eozenou

Post-doctorante à l’Institut Pasteur, elle parle de déterminisme sexuel. Sa semaine sur En Direct Du Labo.

eozenou

Je m’appelle Caroline Eozenou, j’ai 29 ans et je suis post-doc à l’institut Pasteur
de Paris, dans l’unité du Dr Kenneth McElreavey qui s’intitule sobrement,
Génétique du Développement Humain. Comme son nom ne l’indique pas du tout,
nous travaillons sur le déterminisme du sexe chez l’homme, c’est à dire, qu’est ce
qui fait qu’une femme est une femme et qu’un homme est un homme. Nous
étudions également les pathologies associées à ce processus, les désordres du
développement sexuel.
J’ai suivi un cursus non linéaire : j’ai toujours voulu être véto et je suis devenue
chercheuse. Après une année de prépa très chaotique, je me suis orientée vers la
fac de Bio, Paris 7. Au travers des différents stages que j’ai réalisé, je me suis
découverte une passion pour la recherche. J’ai commencé par travailler à
l’IFREMER de Brest (3 ème année de licence) et à la Station Biologique de Roscoff
(1 ère année de master), sur le développement embryonnaire des invertébrés
marins (oursin, ascidie, moule et huitre), puis désireuse de découvrir d’autres
horizons, j’ai, par la suite, étudié la physiologie utérine des espèces de rentes
(vaches, brebis et chamelle) à l’INRA de Jouy-en-Josas (2 ème année de master et 3
ans de thèse).
Mes différents stages et surtout animaux modèles m’ont permis de jauger mes
résultats du point de vue de l’évolution. Fait plutôt amusant, puisque je travaille
sur le déterminisme du sexe, processus identique chez toutes les espèces
sexuées mais dont les mécanismes ne sont pas conservés au cours de
l’évolution : aucune extrapolation possible d’une espèce à une autre, on repart de
zéro pour chaque espèce. Et cette semaine, nous parlerons de l’homme.

Publicités