Anthony Garcia

Doctorant en astrophysique / planétologie au Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, il parle de formation planétaire. Sa semaine sur En Direct Du Labo.

AnthonyGarcia

Je m’appelle Anthony Garcia, je suis doctorant en astrophysique/planétologie au Centre de Recherche Astrophysique de Lyon. Je travaille sur les premiers stades de la formation planétaire dans les disques protoplanétaires: comment est-ce qu’on passe de grains micrométriques présents dans le milieu interstellaire à des planétésimaux? Pour la suite, la gravité fait son boulot. Ma thèse s’intitule « Evolution de la porosité des grains pendant leur croissance: une solution aux problèmes de formation planétaire? » . Parce que, non, la formation d’une planète n’est pas si facile, il existe plusieurs obstacles appelés « barrières » qui entrent en jeu et empêchent la croissance des grains jusqu’à des tailles planétaires. Je travaille sur une des solutions à ces problèmes: étudier la croissance de grains poreux et de voir l’influence sur l’évolution des grains. Ca revient en fin de compte à ajouter des modèles contenant plus de physique des chocs et physique des matériaux dans des simulations de disques protoplanétaires à grande échelle.
Mon parcours a toujours été centré sur l’enseignement, j’ai toujours voulu être prof depuis la 5ème. Après un bac S, je suis parti en prépa Physique Chimie Sciences de l’Ingénieur (PCSI) au Lycée du Parc à Lyon. Je n’ai fait qu’un an car l’ambiance de travail ne me plaisait pas trop, j’ai jamais été trop branché compétition. J’ai donc rejoint les bancs de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse dans mon Vaucluse natal pour finir une licence de physique-chimie en vue de faire le CAPES. Puis comme je me débrouillais pas trop mal, je retournais à Lyon pour un master de physique à l’Université Claude Bernard Lyon 1. A ce moment là, il fallait que je choisisse un parcours, au moins pour mon stage de M1 et j’ai décidé de m’orienter vers l’astrophysique. Non pas que j’étais passionné par l’astronomie depuis que j’étais tout petit, je suis plutôt passionné par la musique et Queen est mon groupe préféré. Il se trouve que son guitariste Brian May a une thèse en astrophysique, il n’en a pas fallu plus pour m’orienter dans ce domaine en mode « si ce mec fait de l’astro, c’est que ça doit être cool » (je ne cachais pas non plus mes espoirs de le rencontrer un jour grâce à ça). Après un stage de M1 sur le thème des disques protoplanétaires, j’ai fait un M2 physique fondamentale option astrophysique et mon stage de M2 dans la même équipe. Ca s’est bien passé et j’ai eu une place en thèse avec eux. L’histoire fera le reste.
Après ça, je compte arrêter la recherche pour passer l’agrégation et me consacrer à l’enseignement et pourquoi pas la médiation scientifique.