Baptiste Gault

Chercheur en physique au Max-Planck Institute für Eisenforschung, il parle de la sonde atomique dont il est en charge et de son parcours en édition scientifique. Sa semaine sur En Direct Du Labo.

Baptiste Gault.jpg

J’ai obtenu une thèse en physique à l’université de Rouen en 2006, durant laquelle j’ai développé une sonde atomique tomographique assistée par impulsions laser ultracourtes. Ensuite, j’ai pris un poste de research scientist à l’Australian Centre for Microscopy & Microanalysis à The University of Sydney, où j’ai développé des méthodes pour la sonde atomique tomographique et ai utilisé la technique pour caractériser un nombre certain de matériaux (alliages métalliques, semiconducteurs). J’ai occupé ce poste entre 2007 et 2009, puis entre 2010 et 2012.

Entre deux (2009–2010), j’ai été Marie Curie postdoctoral fellow au Department of Materials de l’University of Oxford (UK). En 2012, je suis devenu Assistant Professor à McMaster University au Canada, et n’ayant pas trop aimé, fin 2012, j’ai décidé de faire un break avec la recherche et je suis devenu Publisher chez Elsevier, l’éditeur scientifique, basé à Oxford – tout en restant academic visitor à l’université d’Oxford de sorte à avoir un pied dans la recherche et de quoi m’occuper le week-end.

Après 3 ans de repos, j’ai repris la recherche a plein temps en janvier 2016, et je suis présentement le Group Leader pour la sonde atomique tomographique au Max-Planck-Institute für Eisenforschung à Düsseldorf. Je gère un groupe d’une demi-douzaine de jeunes chercheurs et soutient l’activité scientifique de la vingtaine d’utilisateurs de la sonde atomique tomographique (atom probe tomography pour les curieux).

En dehors du travail, on se balade pas mal avec ma femme et ma fille, profitant de pouvoir découvrir un nouveau pays et de nouvelles gens, réapprendre une langue, etc.