Thibault Honegger

Jeune chercheur CNRS au Laboratoire des Technologies de la Microélectronique, il parle technologies pour les neurosciences. Sa semaine sur En Direct Du Labo.

Thibault Honegger

Sorti de l’école Centrale de Nantes en 2007, je me suis spécialisé en biologie par un master 2 à l’université Grenoble Alpes ( ex Jospeh Fourrier) en 2008. J’ai ensuite fait ma thèse au Laboratoire des technologies de la Microélectronique (LTM) qui est un labo CNRS implanté au sein du CEA Grenoble. Pendant ma thèse, j’ai développé des technologies de laboratoire sur puces qui permettent d’analyser et de déplacer des particules et cellules dans un canal microfluidiques grâce à a des champs électriques alternatifs (force de diélectrophorèse). Je suis ensuite parti en post-doc aux USA en 2012 au MIT pendant 2 ans où j’ai développé une nouvelle technologie qui permet de diriger la croissance de neurones grâce à ces champs électriques. Je passe les concours CNRS et je suis recruté en 2014 au LTM pour développer la neuro ingénierie microfluidique.

Je développe donc des technologies pour répondre à des questions fondamentales et appliquées en collaboration avec des neuroscientifiques et neuroscientifiques computationnels. Notamment on fabrique des puces microfluidiques pour reproduire des circuits neuronaux minimalistes sur puces inspirés des circuits réellement présents dans le cerveau.

Pour que les technologies soient utiles, elles doivent être transférées vers un industriel, startup ou entreprise établie. Je pense qu’un des rôles du chercheur est aussi de faire bénéficier le grand public de ses découvertes sous forme de preuve de concept puis de produit répondant à une problématique, dans mon cas, de santé.