Marie-Lyne Macel

Doctorante à l’uniklinik d’Aix La Chapelle, elle parle de ses recherches en neurologie. Sa semaine sur En Direct Du Labo.

image

Je suis originaire de l’Auvergne, j’ai 26 ans j’ai commencé mes études à Clermont Ferrand par un DUT en analyses biologiques et biochimiques. J’ai fais mon stage de 2ème année à Salford, à côté de Manchester. J’ai adoré du coup je suis restée faire ma dernière année de Bachelor et j’ai fais un Master (c’est un an en Angleterre) en sciences biomédicales (Bachelor et Master).Je voulais rester la bas du coup pour faire une thèse mais je n’ai pas été acceptée malgré les nombreuses demandes que j’ai faites… Du coup je suis rentrée en France et j’ai fais un 2ème master, Master 1 à Tours en neurosciences et le Master 2 à Paris 5 en neurobiologie.

J’ai toujours été intéressée par ce qu’il se passait au niveau du cerveau (pharmacologie, les émotions, circuits de récompense, maladie neurodégénératives..). Après mon Master il y a eu une longue période “silence radio”(9 mois je dirai voire plus) j’envoyais énormément de CV à des labos (France, Europe, Canada) et toujours pas de réponse… Un jour miracle j’ai eu une réponse pour Düsseldorf (avril 2014) donc je suis partie mais il s’est avéré que ce n’était pas du tout à quoi je m’attendais (les expériences, l’ambiance de travail, le sujet…).

Je suis restée que deux mois dans cette équipe, je ne voulais pas rentrer en France du coup j’ai fais d’autres demandes de doctorat pas loin de Düsseldorf (Cologne, Aix la Chapelle notamment) et ouf j’ai eu une réponse pour Aix à l’uniklinik dans l’institut de neurologie. J’ai commencé depuis novembre et tout se passe bien (c’est vraiment du jour à la nuit), mon sujet consiste à mesurer les concentrations en sodium et phosphore par IRM chez des patients atteints de maladies neurodégénératives (Huntington, Alzheimer, Parkinson), tout se fait en allemand, je ne suis pas encore bilingue donc pour l’instant je ne fais pas de tests toute seule.